In My Kitchen - Manger Bion !Quality Food

#IMK – Stop à la pollution et aux additifs, un yaourt c’est trop facile à faire !

Bienvenue, In My Kitchen #IMK !

Et oui, les yaourts sont polluants ! A moins de les faire soi-même !
Vous aimez les yaourts, vos enfants et votre planète ? Fini les pots de ces petits desserts bourrés d’additifs qui ne se recyclent pas !

 

L’appellation « YAOURT » …

En France, pour avoir le droit de porter la dénomination “yaourt”, le lait doit avoir été ensemencé uniquement avec les bactéries Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus. De plus, elles doivent rester vivantes à raison d’au moins 10 millions de bactéries par gramme jusqu’à la date limite de consommation.

Pourquoi j’ai décidé de les faire moi-même ?

L’organisation de défense des consommateurs belge Test-Achats a passé au crible une trentaine de yaourts aux fruits vendus en grande surface… Parmi les marques analysées, on retrouve Danone, Yoplait, Nestlé, Bonne Maman, Carrefour Bio ou Carrefour Discount. Et le verdict est plutôt mauvais… Très mauvais !

Des yaourts aux fruits avec seulement 6% de vrai fruit sur 100gr de yaourt, le reste étant opéré par la magie de la chimie (ajout d’arômes, nos fameux exhausteurs de goût…), le « fruit » de nos yaourts fruités en sont le cheval de Troie ! Si le dessert correspond à l’appellation yaourt mais que le cocktail de fruits ajouté est truffé d’additifs en tous genre, ça passe quand même ! Vous voyez la faille ? Et oui, le décret n° 88-1203 du 30 décembre 1988 relatif aux laits fermentés et au yaourt qui spécifie les ingrédients autorisés comporte une faille dans l’article 3 :  » Les laits fermentés
peuvent être additionnés des produits suivants : arômes ainsi que, dans la limite de 30 % en poids du produit fini, sucres et autres denrées alimentaires conférant une saveur spécifique. » Et c’est là que les industriels s’en donnent à cœur joie…

En mai 2018, l’association 60 millions de consommateurs traque aussi les dérives des desserts lactés (mais pas que), vous pouvez l’avoir en version numérique sur leur site (voir p. 59). Le gagnant des tests réalisé par l’association est le « Panier de Yoplait Nature sur fruits » qui contient 12 additifs… De quoi remettre le nom du yaourt en question…

Beaucoup d’additifs comme les exhausteur de goût qui ne sont pas anodins puisque derrière leurs appellations floues pour le consommateur (E620, E621, E622, E623, E624, E625 qui sont du glutamate, voir annexe en bas de l’article), qui même s’ils sont autorisés en France, ces exhausteurs de goût sont soupçonnés de favoriser la dégénérescence du cerveau (notamment l’E621) et donc d’augmenter les risques d’Alzheimer, mais seuls les maux de tête, rougeurs et prises de poids potentielles sont reconnues.

Tous les yaourts testés par Test-Achats ont révélés des taux de sucres entre 10,9 et 16,6 %, saccharose et/ou du sirop de glucose-fructose étant quasi-systématiquement ajoutés aux préparations… Qu’en est-il des yaourts allégés ? L’aspartame (E951) qui remplace le sucre dans certains produits n’est pas très souhaitable non plus, puisqu’il favoriserait certains cancers et pourrait provoquer des naissances prématurées.

Dans tous les cas, ces yaourts ou desserts lactés donne, au minimum, du fil à retordre à nos pancréas et irritent notre système digestif s’il est déjà fragilisé…

J’ai donc acheté, il y a un peu plus d’un an, une yaourtière Seb Multi Délices (lien non affilié, juste pour info) car même si je ne consomme que très peu de desserts, avec ma grossesse, j’ai eu envie de yaourt et aujourd’hui, je refuse de donner des yaourts industriels à ma fille. Alors oui aux yaourts, mais pas n’importe lesquels ! De vrais yaourts maison sans produire de déchets et avec du bon lait produit localement !

Vous allez être décontenancé de voir la simplicité de réalisation (quand on n’y ajoute pas de « E… truc ») !

La recette pour 6 pots :

  • 75 cl de lait
  • 1 sachet de ferments (ou 1 yaourt d’une ancienne tournée, jusqu’à 5 fois)

On mélange le tout, puis on verse dans les pots que l’on placera dans la yaourtière durant 8 à 12 heures selon la fermeté souhaité (12h étant très ferme et légèrement plus acide).

Astuce : Pour ceux qui le souhaite, on peut ajouter une cuillère à soupe de lait en poudre pour rendre les yaourts plus fermes plus rapidement. Personnellement, je n’ai pas trouvé l’utilité ultime de cette technique mais des copines trouvent que le yaourt est plus doux et onctueux.

Coté porte-feuille…

Le prix de la yaourtière fait une dépense à faire d’un coup mais si vous manger régulièrement des desserts, elle sera amortie en une petite année sachant que vous économiserez environ 1 tiers voir la moitié du prix de vos desserts en achetant du lait bio et local, genre le top qualité quoi !

L’avantage de cette yaourtière est qu’elle permet de faire beaucoup de recettes comme du fromage frais, des petits suisses, des flans aux œufs etc…
Je présenterais sûrement des recettes plus « exotiques », comme des yaourts végétaliens notamment, par la suite. Je recommande vraiment ce modèle pour en être absolument ravie !

 

Annexes :

E620 Acide glutamique
E621 Glutamate monosodique
E622 Glutamate monopotassique
E623 Diglutamate de calcium
E624 Glutamate d’ammonium
E625 Diglutamate de magnésium

Dans ce que l’on peut voir sur les étiquettes de certains yaourts, la notation E1… est pour les colorants, E4… pour les agents de texture (émulsifiants, épaississants, gélifiants…) et E6… est pour les exhausteurs de goût !

Je vous conseille vivement de regarder la vidéo de la chaîne Youtube de « Osons Causer » sur la société Lactalis.

 

Aimez votre bidon, mangez bion !

Rejoins la communauté et reçois les meilleurs conseils directement dans ta boite mail !

Tu peux recevoir plus de conseils et astuces qui t’aideront au quotidien en t’inscrivant à ma mailing liste privée !
C’est sans engagement et tu peux te désinscrire à tout moment 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *